Pourquoi la santé mentale des employés est-elle si cruciale aujourd’hui, et comment les cadres peuvent-ils aider?

Par Robert Half on le 9 octobre, 2020 à 13:02

Le stress continu est depuis longtemps un obstacle à un milieu de travail sain, surtout lorsqu’il conduit à l’épuisement professionnel, ce qui accroît le détachement mental par rapport au travail et réduit l’efficacité. Dans un sondage mené par Robert Half auprès de cadres au Canada en 2019, 96 % des répondants ont déclaré que leurs employés souffraient dans une certaine mesure d’épuisement professionnel. Un sondage connexe révèle que 91 % des travailleurs canadiens déclarent eux-mêmes se sentir au moins quelque peu épuisés.

Puis est arrivée la pandémie de COVID-19.

L’anxiété et l’incertitude associées à la pandémie en cours minent encore davantage le mieux-être mental de nombreux cadres et employés. Les nouveaux facteurs de stress pour les travailleurs à domicile comprennent souvent une charge de travail plus lourde en raison de la réduction du personnel, l’impossibilité d’interagir en personne avec les collègues et le défi de prendre soin des enfants ou des aînés pendant la journée de travail.

Dans une étude mondiale menée en 2020 par Qualtrics, SAP et Mind Share Partners, 66 % des employés interrogés ont fait état de niveaux de stress plus élevés depuis l’éclosion. Plus de 75 % se sentent maintenant plus isolés socialement qu’avant l’épidémie.

Les cadres jouent un rôle crucial dans la façon dont leur organisation gère cette crise et réduit les menaces au mieux-être des employés. Il est cependant clair qu’il y a du travail à faire. Près de 40 % des employés interrogés dans le cadre de l’étude de Qualtrics déclarent que leur entreprise ne leur a même pas demandé s’ils allaient bien.

Voici quelques suggestions pour vous aider. Elles comprennent les commentaires de Nic Marks, statisticien, expert en mieux-être et fondateur de Friday Pulse.

Abordez le mieux-être et la santé mentale de façon réfléchie

La santé mentale est depuis trop longtemps un sujet tabou en milieu de travail. Cela s’explique en partie par le fait que, pour certains, la santé mentale est synonyme de maladie mentale. Et, comme le signale Nic, « personne ne veut être perçu comme un problème à régler ».

Une autre raison pour laquelle la santé mentale n’est pas souvent abordée au travail est que les employeurs ne la considèrent tout simplement pas comme leur responsabilité ou leur préoccupation. Ils n’ont pas compris pourquoi le mieux-être des employés devrait être important pour eux.

Les effets de la pandémie de COVID-19 sur l’économie et le télétravail ont cependant haussé la barre aujourd’hui. Les cadres qui encouragent des discussions saines sur le mieux-être au travail et qui offrent une oreille attentive aux employés qui ont de la difficulté à composer avec les nouvelles frustrations et tensions peuvent les aider à éviter l’épuisement professionnel qui en résulte souvent. En faisant preuve d’empathie, vous pouvez persuader les employés de se manifester et de partager les difficultés qu’ils vivent au travail. Une meilleure compréhension des enjeux qui les touchent peut vous mener vers des solutions possibles. De nombreux cadres ont récemment manifesté leur volonté de partager leurs propres histoires, malgré les craintes de certains que cela puisse les faire paraître vulnérables. Cependant, les gains sont élevés. En effet, lorsqu’ils ressentent le soutien et l’empathie de leurs supérieurs, un plus grand nombre d’employés hésitent beaucoup moins à s’ouvrir.

Ce qui devrait être particulièrement préoccupant pour les employeurs, c’est que les meilleurs éléments sont souvent ceux qui sont les plus susceptibles de s’épuiser. « Il est clair que l’épuisement professionnel se produit surtout chez les personnes qui sont engagées dans leur travail, affirme Nic. Elles déploient non seulement des efforts supplémentaires, mais elles font même jusqu’à l’impossible. Elles finissent donc par se surcharger. Les gens qui ne se soucient guère de leur travail ne font tout simplement pas ces efforts additionnels qui les feraient basculer. »

Communiquez de deux à trois fois plus souvent

De nombreuses entreprises accordent la priorité aux programmes de santé mentale et de mieux-être des employés en raison de la pandémie. Dans un sondage de Robert Half, 45 % des cadres interrogés au Canada ont déclaré que leur entreprise avait commencé à offrir des ressources en matière de santé mentale, et 39 % disent qu’ils disposent maintenant de programmes généraux de mieux-être en réponse à la COVID-19.

Selon Nic, nombre de ces programmes ne sont cependant pas une panacée. « De nombreux programmes de mieux-être pour les employés sont davantage des occasions de prendre soin de soi, comme les cours de pleine conscience ou les lignes d’assistance téléphonique. Ces programmes sont utiles, et les entreprises ont raison de les poursuivre, mais de nombreuses personnes sous pression n’ont pas le temps de s’engager dans de telles initiatives d’autosoins. » C’est là où le soutien des cadres devient primordial. Le fait de parler régulièrement avec votre équipe est votre outil le plus puissant pour réduire le stress et l’épuisement professionnel. La communication efficace a toujours été une compétence clé en gestion, mais c’est une responsabilité essentielle lorsque les employés ne sont plus physiquement réunis dans un emplacement central. Une bonne règle de base consiste à parler individuellement ou en petits groupes d’employés de deux à trois fois plus souvent que dans un bureau.

Nic explique : « À Friday Pulse, nous recommandons aux organisations de demander systématiquement à chaque employé comment il se sent chaque semaine. De cette façon, on s’assure qu’il y a moins d’équipes mal gérées au sein de l’entreprise, car la rétroaction est plus importante. Les cadres supérieurs peuvent ainsi intervenir pour offrir un soutien ciblé là où il est le plus nécessaire. »

Lorsque vous parlez avec vos employés, essayez d’écouter attentivement pour avoir une idée précise de la façon dont ils se sentent et font face aux nouveaux facteurs de stress tels que les restrictions concernant les contacts sociaux, la diminution des possibilités de repos et de détente ou l’éducation virtuelle. Le stress peut également provenir du fait que vos employés voient des amis ou des membres de leur famille être mis à pied, ce qui peut facilement entraîner un sentiment de précarité professionnelle pour eux.

Vous devrez très certainement communiquer virtuellement. Faites des appels vidéo chaque fois que cela est possible. Alors que nous sommes si nombreux à être isolés, le fait de se voir parler, élaborer des stratégies, sourire et rire a un effet extrêmement thérapeutique.

Les employés se réjouissent souvent à l’idée de participer à des appels de groupe hebdomadaires d’une quinzaine de minutes qui sont distincts des réunions d’affaires prévues. Mais limitez tout de même le nombre de participants à ces appels. « Si plus de quatre ou cinq personnes participent à ces réunions, les plus introverties ne se sentiront pas en mesure de partager leurs opinions », note Nic. S’il y a trop de personnes sur un appel, la discussion pourrait prendre des tangentes distrayantes ou déroutantes.

Allégez leur charge de travail

« Nos données montrent que la conciliation travail-vie personnelle de notre clientèle s’est considérablement détériorée, affirme Nic. Avant la pandémie, le score moyen sur notre échelle de 0 à 100 était de 72. Depuis le mois de mars, il a chuté à 67 et ne montre aucun signe d’amélioration. Cela donne à penser qu’il s’agit d’un problème permanent lié aux nouvelles façons de travailler plutôt qu’à un recul temporaire. »

Le déséquilibre entre le travail et la vie personnelle reflète souvent un stress accru, voire un épuisement professionnel. Dans un récent sondage réalisé par Robert Half, 33 % des travailleurs ont déclaré être plus épuisés au travail qu’il y a un an. Parmi ces répondants, 40 % ont indiqué que le fait d’avoir plus de responsabilités était la principale raison pour laquelle ils se sentaient plus fatigués, devant la difficulté de séparer le télétravail et la vie personnelle (19 %) et les projets avec des horaires ou des échéances irréalistes (16 %). Les employeurs interrogés étaient encore plus nombreux à être d’accord. Les membres du personnel qui gèrent de lourdes charges de travail et qui sont au bord de l’épuisement professionnel étaient la principale préoccupation de 47 % des cadres supérieurs lorsqu’on les a interrogés au sujet des défis liés à la fidélisation des employés.

Le fait que les gens ont trop de travail à faire pendant la journée est certainement en partie le résultat des coupures de personnel que les entreprises ont dû faire en raison des effets économiques de la pandémie. Même si vous n’êtes pas en mesure d’embaucher des travailleurs supplémentaires à ce stade-ci, vous pouvez atténuer une partie de la pression sur vos employés en faisant appel à des professionnels temporaires qualifiés pour aider dans les secteurs les plus congestionnés.

Vous pouvez également donner plus de flexibilité à votre équipe en proposant un horaire de travail fractionné. Il s’agit simplement de leur permettre de diviser leur journée de travail en petites unités de temps séparées par des pauses. La plupart de ces unités sont susceptibles d’être prises pendant les heures de travail normales, mais certaines peuvent avoir lieu avant ou après, selon les préférences de l’employé.

En outre, en encourageant les employés à prendre les congés qu’ils ont acquis, même à un moment où les déplacements pour les vacances sont très limités, on peut leur permettre de se détendre pendant un certain temps, ce qui constitue le remède ultime contre le stress et l’épuisement professionnel.

Comment les cadres peuvent-ils appuyer davantage les programmes de mieux-être

  • Comprenez que votre participation est essentielle.
  • Planifiez de brèves vidéoconférences hebdomadaires avec votre équipe pour voir comment vos employés gèrent les nouvelles modalités de travail et les autres pressions.
  • Faites un remue-méninges pour trouver des idées permettant de réduire le stress et l’épuisement professionnel.
  • Faites preuve d’empathie. Comment votre équipe se sent-elle et fait-elle face aux nouveaux facteurs de stress?
  • Passez également de fréquents appels individuels avec les membres de votre équipe.
  • Faites appel à des professionnels temporaires qualifiés pour aider dans les secteurs congestionnés.
  • Suggérez un horaire de travail fractionné.
  • Encouragez les membres de votre équipe à prendre des congés bien mérités.

Vos efforts pour créer un lieu de travail propice au mieux-être mental profiteront non seulement à vos employés, mais aussi à votre entreprise. Nic estime que les entreprises peuvent ainsi quintupler leur rendement sur l’investissement. « Le hic, dit-il, c’est que vous devez investir du temps et des efforts, et pas seulement de l’argent. »

Débutez l'embauche

Lisez plus d’articles du blogue…