Les erreurs de recrutement coûtent plus cher en temps de pandémie

Selon une étude de Robert Half, 56 % des employeurs signalent que le coût d’une mauvaise embauche a augmenté par rapport à il y a un an

Toronto, Ontario — Les entreprises d’aujourd’hui ont plus à perdre si elles commettent une erreur d’embauche, selon une nouvelle étude de l’entreprise mondiale de recrutement Robert Half. Plus de trois gestionnaires principaux sondés sur quatre (77 %) admettent avoir recruté le mauvais candidat pour un poste, et plus de la moitié (56 %) affirment que l’impact négatif est plus grave maintenant qu’il y a un an.

Quatre mois perdus en raison d’une erreur d’embauche

En ce qui concerne leur plus récente embauche regrettable, les gestionnaires principaux ont déclaré qu’il leur a fallu en moyenne 11 semaines pour laisser partir la personne après s’être rendu compte qu’elle ne cadrait pas avec les exigences du poste, et 5 semaines de plus pour pourvoir le poste de nouveau. Une erreur de recrutement se traduit donc par un total de 16 semaines, ou 4 mois, de temps perdu. De plus, la recherche montre que les employeurs du Manitoba (22 semaines) et de l’Ontario (17 semaines) prennent encore plus de temps à corriger leur erreur.

« En raison de la pandémie, les entreprises de partout au pays ont été forcées d’apporter des changements rapides et importants à leurs pratiques de recrutement et d’intégration au cours de la dernière année », a déclaré David King, président de district principal de Robert Half au Canada. « Les erreurs sont plus susceptibles de se produire lorsque de nouvelles stratégies d’embauche sont adoptées rapidement. Et, malheureusement, une mauvaise embauche peut avoir des conséquences importantes pour toute une organisation. »

Les enjeux pour les employeurs

Voici les principales conséquences négatives d’une mauvaise embauche sur les équipes et l’entreprise selon les gestionnaires principaux :

  • temps perdu dans l’embauche et la formation du nouvel employé;
  • baisse du moral et de la productivité du personnel;
  • stress accru pour le superviseur.

« Afin de réduire les risques d’erreurs d’embauche et de former les meilleures équipes, les organisations doivent élaborer une stratégie globale d’entrevue et d’évaluation des candidats qui répond aux besoins opérationnels actuels et émergents, a ajouté M. King.

À propos du sondage

Le sondage en ligne a été mis au point par Robert Half et mené par une firme de sondage indépendante du 19 novembre au 18 décembre 2020. Le sondage comprend des réponses de plus de 600 gestionnaires principaux dans des entreprises qui comptent 20 employés ou plus au Canada.

À propos de Robert Half

Fondée en 1948, Robert Half est la première et plus grande firme de recrutement de personnel spécialisé au monde. L’entreprise compte plus de 300 bureaux de recrutement dans le monde et offre des services d’embauche et de recherche d’emploi à l’adresse roberthalf.ca. Pour obtenir d’autres conseils de carrière et de gestion, consultez le blogue de Robert Half à l’adresse roberthalf.ca/blogue.