Soyez fin prêt à négocier votre salaire grâce à ces huit conseils

Par Robert Half le 19 février, 2018 à 13:13

Après nombre d’entrevues, vous avez finalement reçu une offre pour joindre une équipe géniale dans une entreprise vouée à un brillant avenir. Vous avez réussi à relever tous les défis du processus de recherche d’emploi, mais il reste une étape cruciale avant de signer le contrat : la négociation de votre salaire.  

La bonne nouvelle, c’est que la plupart des entreprises s’attendent à ce que le candidat négocie. Dans un marché où les professionnels les plus recherchés doivent souvent examiner plusieurs offres d’emploi avant de faire leur choix, les entreprises savent qu’elles doivent faire preuve d’une certaine souplesse lorsqu’il est question du salaire. En fait, si vous avez une expertise particulière jumelée à un curriculum vitæ impressionnant, vous pourriez ne pas récolter votre dû si vous ne tentez pas d’obtenir un salaire initial plus généreux. 

Attention, toutefois, la négociation salariale est une discussion délicate. Beaucoup de gens sont mal à l’aise à l’idée de parler argent et certains sentent que c’est impoli de demander plus d’argent que ce qui est offert ou d’aborder la question salariale avant que l’employeur ne le fasse. Vous craignez peut-être que l’entreprise ne retire son offre si vous tentez de négocier. D’un autre côté, vous n’obtiendrez jamais un meilleur salaire si vous ne le demandez pas. Voici donc une liste de huit conseils pour vous aider à négocier avec tact et assurance pour obtenir le salaire initial que vous désirez pour votre nouvel emploi. 

À FAIRE : Vérifier les tendances salariales dans le domaine 

Vous pensez peut-être que vous méritez un meilleur salaire à l’embauche pour votre nouveau poste, mais sans savoir quel salaire offre le marché de l’emploi national et local? Être bien informé est votre meilleur atout. Pour commencer votre ronde de négociation du bon pied, prenez le temps de consulter les guides salariaux annuels de Robert Half afin de déterminer le salaire généralement accordé pour une personne dans votre domaine, en fonction de votre poste et de votre expérience. Le calculateur de salaire ajustera les données pour tenir compte de votre région. Si vous avez posé votre candidature pour un des emplois les plus recherchés et les mieux rémunérés de l’année, votre futur employeur pourrait avoir de la difficulté à trouver une personne ayant les compétences et l’expérience nécessaires, ce qui vous permet de négocier un meilleur salaire. 

À NE PAS FAIRE : Négocier trop tôt... ou trop tard 

Poser des questions sur le salaire dès la première entrevue, c’est aborder le sujet beaucoup trop tôt, à moins que le gestionnaire recruteur vous ait précisément demandé le salaire que vous recherchez. Toutefois, n’attendez pas d’avoir signé les contrats et d’avoir accepté une date d’entrée en fonction pour négocier votre salaire! Le meilleur moment pour soulever cette question, c’est lorsque vous avez passé quelques entrevues et que vous savez que vous faites partie des candidats favoris pour le poste ou, au plus tard, lorsque vous recevez l’offre d’emploi. Si l’employeur ne mentionne pas votre salaire lorsqu’il vous propose le poste, n’hésitez pas à poser la question.  

À FAIRE : Indiquer votre salaire idéal 

Certains employeurs vous demanderont de donner une échelle salariale dès le début du processus d’embauche. Vous pourriez être tenté de donner une échelle assez large, question d’éviter de vous écarter vous-même de la course en demandant un salaire trop élevé. Toutefois, si vous dites à un employeur potentiel que vous accepteriez un salaire entre 60 000 $ et 90 000 $, ne soyez pas surpris si l’entreprise vous offre 60 000 $! Après avoir fait vos recherches, décidez quel est votre salaire de base, soit le montant minimal acceptable en deçà duquel vous refuseriez une offre d’emploi sans remord. Soyez prêt à donner un chiffre ou une échelle précise, cela vous aidera, votre employeur potentiel et vous, à vérifier si vous avez la même idée et si cela vaut la peine de poursuivre le processus d’embauche.   

À NE PAS FAIRE : Croire qu’il est uniquement question de vous 

La négociation salariale n’est pas à sens unique. Lorsque vous parlez de vos compétences et de votre carrière, vous devez vous assurer que vous présentez votre demande pour un meilleur salaire d’une façon qui informe l’employeur de ce qu’il obtient en échange de cette concession. Durant le processus d’entrevue, vous devez donner des exemples concrets quant à la façon dont vos compétences peuvent être utiles à l’entreprise. Lorsque vous arrivez à l’étape de la négociation, n’oubliez pas de dire à quel point vous vous réjouissez à l’idée de travailler pour cette entreprise. N’oubliez pas, plusieurs gestionnaires n’aiment pas vraiment négocier non plus! Gardez un ton positif et convivial, cela vous aidera à mener cette discussion d’une façon agréable pour les deux parties.   

À FAIRE : Être honnête 

Pour que les négociations salariales soient un succès, il faut que les deux parties fassent preuve de bonne foi. Si un gestionnaire recruteur découvre que vous avez inventé une offre concurrente ou que vous avez gonflé les chiffres de votre dernier salaire dans le but de négocier un meilleur chèque de paie, cela pourrait certainement pousser l’entreprise à retirer son offre d’emploi. Mettez les mensonges et les leurres de côté, soyez honnête quant à vos besoins et à vos attentes. Si vos salaires antérieurs ne reflètent pas votre valeur sur le marché, alors soyez prêt à expliquer pourquoi vous méritez un meilleur salaire pour ce nouveau poste.  

À NE PAS FAIRE : Ne pas tenir compte des avantages sociaux 

La négociation du salaire inclut souvent des compromis quant aux avantages sociaux, et non seulement sur le montant d’argent accordé. Il pourrait en effet être moins coûteux pour votre employeur de céder sur le nombre de jours de vacances, sur un horaire flexible ou encore sur la possibilité de travailler depuis la maison. Réfléchissez bien à ce qui importe à vos yeux et à ce qui rendrait une offre plus alléchante, pour vous et votre style de vie. Si vous devez choisir parmi plusieurs offres, n’oubliez pas de comparer directement l’assurance pour les soins de santé et le régime de retraite afin de prendre une décision éclairée. 

À FAIRE : Savoir quand arrêter 

Si l’employeur vous fait une offre raisonnable – un meilleur salaire, de bons avantages sociaux ou un meilleur équilibre entre le travail et la vie personnelle –, vous auriez peut-être intérêt à l’accepter telle qu’elle est présentée. Un employeur raisonnable ne retirera pas une offre simplement parce que vous tentez de négocier votre traitement. En revanche, si vous prolongez inutilement les négociations, vous risquez d’irriter le gestionnaire recruteur et cela pourrait jouer sur cette nouvelle relation que vous tentez de bâtir. Si l’entreprise ne peut pas répondre à vos besoins après quelques discussions, retirez votre candidature de façon respectueuse et concentrez-vous plutôt sur des possibilités d’emploi qui correspondent mieux à vos attentes salariales.   

À NE PAS FAIRE : Ne pas prendre la peine de demander 

Si vous souhaitez avoir un meilleur salaire initial, vous devez le demander. Les chercheurs d’emploi acceptent trop souvent le premier salaire qui leur est offert et les études montrent que les femmes sont encore moins enclines que les hommes à négocier. Pourtant, de nombreuses entreprises déterminent le salaire initial en fonction d’une échelle, avec une marge de manœuvre de 5 ou 10 %. Tout ce que vous avez à faire pour savoir si leur budget offre une certaine latitude, c’est de poser cette petite question : « Avez-vous une meilleure offre? ». Une autre bonne façon de lancer la négociation est de dire : « J’espérais quelque chose dans les environs de [montant précis]. Vous croyez qu’on peut s’entendre? » Puis, donnez à votre interlocuteur la chance de répondre à votre question, ne cédez pas à la tentation de digresser et de nuire à vos propres négociations.   

Les négociations salariales peuvent avoir lieu à d’autres moments que durant un processus d’embauche, notamment lors du processus annuel d’évaluation du rendement de votre emploi actuel. Si vous croyez que votre excellent rendement justifie une augmentation, n’oubliez pas les choses à faire et à ne pas faire! Faites vos devoirs et présentez votre argumentaire en expliquant pourquoi l’entreprise a profité de votre travail. Ainsi, votre rémunération reflétera mieux votre cheminement de carrière et vous préparera pour un brillant avenir.

 

 

Lisez plus d’articles du blogue…