Conseils d’entrevue pour les gestionnaires

Par le 10 mai, 2017 à 14:20

Les entrevues sont essentielles pour prendre une décision d’embauche éclairée. Elles permettent d’obtenir de première main des renseignements sur le parcours du candidat, son expérience et son niveau de compétences, de dégager une impression générale de son intelligence, de ses aptitudes, de son intérêt et de son attitude, et de voir si ses attributs satisfont les exigences du poste. Elles offrent également un aperçu de la personnalité du candidat, de sa motivation à exercer les fonctions de l’emploi, de son désir à faire partie de l’entreprise et de sa capacité à s’intégrer à l’équipe en place.

Après avoir fait un premier tri parmi les CV que vous avez reçus, vous devrez mener des entrevues. Votre temps doit être bien investi. Qu’est-ce qui distingue un bon intervieweur? Malheureusement, il n’y a pas de formule magique. Voici des conseils pour préparer le processus d’entrevue, raffiner votre technique et éviter les erreurs les plus courantes.

Les notions élémentaires

Mener des entretiens d’embauche ne doit pas être fait à la légère – du moins, pas si vous voulez trouver la perle rare. Même si vous avez déjà passé une foule de candidats en entrevue par le passé, vous devriez réfléchir attentivement aux renseignements que vous voulez obtenir et à l’approche que vous utiliserez. N’improvisez jamais, au grand jamais. Voici les notions élémentaires. 

  • Déterminez le « qui » et le « où ». Choisissez qui mènera l’entrevue et le lieu où elle se déroulera. Le mieux est un endroit tranquille où chacun se sentira à l’aise.
  • Préparez vos questions. Tous les candidats devraient se faire poser les mêmes questions et disposer du même temps pour y répondre. De cette façon, vous pourrez les évaluer en fonction des mêmes critères.
  • Relisez vos documents. Soyez prêt : avant d’accueillir le candidat, relisez la description de poste et son CV une fois de plus.
  • Pratiquez l’écoute active. Écoutez bien ce que dit la personne et approfondissez ses réponses, au besoin. Cessez de penser à votre prochaine question, car vous pourriez passer à côté d’une occasion d’en savoir plus.
  • Prenez des notes. Pendant l’entrevue, notez brièvement les points intéressants. Tout de suite après l’entrevue, prenez le temps de préciser vos observations pendant qu’elles sont fraîches à votre mémoire. Encouragez les autres personnes participant à l’entrevue à faire de même.
  • Permettez au candidat de poser ses questions. Terminez la séance de belle façon en accordant du temps au candidat pour qu’il pose ses questions. Voilà une autre occasion pour vous de mesurer son intérêt envers le poste et l’entreprise.
  • Terminez la rencontre sur une note positive. Expliquez la suite au candidat, indiquez-lui quand la décision sera rendue et mettez fin à la rencontre sur un ton formel, mais sincère.

Chaque question doit avoir sa raison d’être

Comment vous formulerez les questions, le moment auquel vous les poserez, la manière dont vous les enchaînerez, voilà qui influencera considérablement la qualité et la valeur des réponses que vous obtiendrez. Chaque question devrait avoir sa raison d’être : clarifier des renseignements, dégager un trait de personnalité, en savoir plus sur les expériences de travail ou simplement mettre le candidat à l’aise. Voici cinq choses à faire, et les cinq à ne pas faire, pour réaliser de bonnes entrevues.

Dressez une liste. Écrivez d’avance toutes les questions que vous souhaitez poser pour ne laisser aucune information importante de côté. Montrez votre liste à ceux qui travailleront avec la recrue pour savoir s’ils aimeraient en ajouter.

N’y allez pas de façon trop brusque. Mettez le candidat à l’aise en commençant par des questions faciles, comme la description de son emploi actuel et ce qu’il connaît de votre entreprise. Passez graduellement à des questions plus difficiles.

Créez un rythme. Un bon responsable d’entrevue varie le style de ses questions pour éviter que le candidat ait l’impression de subir un interrogatoire. On classe généralement les questions de la façon suivante :

  1. Fermées – Simples et directes, ces questions commandent un oui ou un non comme réponse, sinon un renseignement précis. Exemple : « Combien d’années d’expérience avez-vous avec PowerPoint? »
  2. Ouvertes – Ce type de questions demande une réflexion. Elles permettent d’en apprendre plus sur les motivations du candidat, son éthique de travail et sa personnalité. Exemple : « Pourquoi voulez-vous travailler pour notre entreprise? »
  3. Hypothétiques  – Avec ce type de questions, on demande au candidat de réagir à une situation qui pourrait survenir dans le cadre de ses nouvelles fonctions. Exemple : « Si vous aviez à choisir un nouveau logiciel de gestion des flux de travail pour l’équipe, qu’est-ce qui guiderait votre choix? »
  4. Bizarres – Des questions inhabituelles pouvant vous renseigner sur la personnalité et la façon de communiquer du candidat. Exemple : « Si vous pouviez voyager dans le temps, quelle époque choisiriez-vous? »

N’exagérez pas le nombre de questions bizarres. Limitez-vous à une seule question bizarre par entrevue ou n’en posez tout simplement pas si ce type de question ne convient pas à votre culture d’entreprise.

Variez l’ordre des questions. Une longue suite de questions fermées peut déstabiliser un candidat, tandis qu’une longue suite de questions ouvertes peut le stresser. Pour qu’il reste à l’aise, glissez quelques questions faciles de temps à autre.

Ne soyez pas vague. Les questions ouvertes sont excellentes dans la mesure où le candidat comprend ce que vous cherchez à savoir. S’il semble perplexe, précisez votre pensée.

Demandez des exemples concrets. Les questions hypothétiques ont leur utilité, mais il est préférable de demander au candidat de raconter un cas réel – un exemple où il a réussi à résoudre un conflit – plutôt que de réagir à une situation éventuelle.

Ne leur mettez pas des mots dans la bouche. Il ne faut pas poser une question qui contient déjà la réponse, comme : « Je suppose que vous gérez bien votre temps, n’est-ce pas? »

Suivez le plan. Vous n’avez pas à respecter religieusement votre liste de questions, mais si vous laissez la conversation bifurquer, vous gaspillerez votre temps et celui du candidat.

Ne jugez pas trop vite. Parler de soi n’est pas facile pour tout le monde. Si vous avez l’impression que la personne est gênée, tentez de la mettre à l’aise.

Un dernier conseil : Faire passer un entretien est un art qui demande de la pratique. En revanche, si vous êtes nouveau dans vos fonctions de gestionnaire recruteur, vous pourriez trouver l’entrevue aussi stressante que le candidat. Si vous êtes maître dans cet art, vous savez que cette étape du processus de recrutement demande beaucoup de temps et cause souvent des frustrations. Heureusement, vous n’avez pas à faire cavalier seul. Une bonne agence de dotation aura déjà formé un bassin des professionnels les plus talentueux sur le marché et présélectionné les meilleurs candidats pour vous. Voilà une bonne façon d’économiser votre temps et votre argent.

Lisez plus d’articles du blogue…